LE CHOIX DE LA DATE DU 6 SEPTEMBRE 1914 PAR LE GENERAL JOFFRE

Dans ses mémoires le Général Joffre nous explique le choix de la date du 6 Septembre, date que certains historiens trouvent prématurée.

 

Le 4 septembre, Joffre prend sa décision.

 

"Galliéni me demandait au téléphone... Il venait de rentrer de son quartier général. Il avait trouvé mon télégramme lui prescrivant de porter la 6e armée sur la rive gauche de la Marne, au Sud de Lagny. Cette prescription venait modifier les ordres que Galliéni lui-même avait donnés à Maunoury pour le lendemain après-midi. Je le rassurai en lui faisant connaître que, depuis l'envoi de mon télégramme de treize heures, j'avais pris la résolution d'engager une offensive générale à laquelle la 6e armée devait participer; d'ailleurs, ajoutai-je, les ordres étaient en confection, et prévoyaient l'action de l'armée Maunoury par la rive nord de la Marne comme le souhaitait Galliéni.

 

Après cette conversation téléphonique, je revins à mon bureau. Gamelin et Berthelot achevaient la rédaction du l'ordre : il était établi selon mes intentions, pour la reprise de l'offensive le 7 septembre. Mais je songeai que, malgré mes préférences pour cette date, il convenait de l'avancer d'un jour, en raison des dispositions prises par Galliéni, qui faisaient prévoir une rencontre de la 6e armée avec l'ennemi, dès l'après-midi du 5; l'entrée en ligne de Maunoury aurait sans doute pour effet de déceler notre manúuvre, et, le 7, nous trouverions l'ennemi sur ses gardes.

 

D'ailleurs Foch et Franchet d'Esperey avaient accepté la date du 6. En faisant diligence, on pouvait expédier les ordres à temps pour permettre aux armées d'établir les leurs en temps opportun. Je décidai donc que tout le monde partirait à l'offensive le 6, je fis en conséquence rectifier les dates, je signai la minute de l'ordre qui fut immédiatement portée au service du chiffre.

 

Je dois dire que c'est à contre cúur que j'apportai à ces instructions cette modification dans la date du début de l'offensive; j'étais et je suis convaincu que si la bataille avait pu n'être engagée que le 7, les résultats en eussent été sensiblement supérieurs, car nous aurions saisi l'ennemi dans une situation plus désavantageuse pour lui que celle dans laquelle nous l'avons trouvé. C'est la hâte apportée à la manúuvre de la 6e armée qui m'a forcé à faire cette modification à mon projet initial."

 

RETOUR VERS LE MENU DES RESPONSABLES FRANÇAIS

RETOUR VERS LE MENU DU POINT DE VUE FRANÇAIS

RETOUR VERS LA PAGE D'ACCUEIL